Et toi, d’où te viens l’inspiration pour écrire ?

Ça fait longtemps que je n’avais pas passé la tête sur mon site d’auteur. 

Surement à cause de l’écriture de mes deux derniers romans. Je n’avais pas prévu d’écrire autant cette année, mais le confinement m’a permis de participer au CampNanowrimo et d’enfin coucher les mots de ce nouveau roman sur du papier.

Mais aujourd’hui j’avais envie de parler des idées et plus précisément de l’inspiration avec vous. Vous savez, ces idées qui arrivent sans prévenir et ne vous lâchent pas ? Ou encore l’inspiration qui vous prend de court.

Alors, elles viennent d’où ces idées ?

Je ne sais pas vous, mais déjà l’endroit où j’écris le mieux et sans aucun doute le train et plus particulièrement le matin. Une heure de trajet équivaut à 1500 mots chez moi (environ). Et donc, dans le train retour je laisse souvent mon inconscient s’inviter au rendez-vous. J’arrête de réfléchir et je regarde autour de moi… Les gens, le paysage qui défile. Parfois, j’arrive à trouver des idées pour mon roman en cours et parfois ce sont des phrases que je trouve jolies et que je note au cas où pour un prochain roman. 

Je m’inspire aussi beaucoup de la vie quotidienne, de ce que l’on peut vivre et ressentir. Développer les émotions est un point clé pour ma part.

L’exemple parfait avec La Plume qui traite du harcèlement scolaire et de l’anorexie. On ne dirait pas, mais de plus en plus d’adolescents en souffrent et il est important pour moi de mener ce combat, celui de faire changer les mentalités. 

Les bruits de couloirs, voilà ce qui me bloque avec le lycée, je n’ose pas être moi-même.

Extrait de La Plume (Editions Nouvelle Bibliothèque)

Mes deux prochains romans traitent aussi des sujets très sensibles et j’essayerais de vous en parler prochainement, mais ce n’est pas au menu d’aujourd’hui. 

Bon, revenons-en à nos moutons. Comment me vient l’inspiration ?

Je dirais qu’elle est partout. On ne va pas se mentir, mais une fois que nous avons écrit il est difficile de reposer le stylo. Une jolie fleur, un bâtiment qui nous tape dans l’œil et hop nous avons envie de reprendre la plume. 

Par exemple, le soir avant de dormir m’est propice à cette réflexion. J’aime fermer les yeux et imaginer des scènes entre mes personnages (promis je ne fume rien), mais c’est aussi dans ces instants-là que je peux voir si mon histoire colle à ce que je veux, si la suite sera ce que j’attends… 

Je ne peux pas écrire si je ne connais pas à l’avance la fin de mon roman. C’est assez particulier, mais l’épilogue ou le chapitre de fin sont des premiers écrits pour moi. J’ai besoin de savoir où je vais dans mon récit.

L’inspiration est partout et nulle part à la fois.

Et vous, d’où te viens l’inspiration ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :